Chicago à St. Louis

La route des explorateurs français

Voir des photos

Circuit: voir à la fin du texte

Chicago, au cœur de l'Amérique du nord, a été dès le départ un lieu de transition important: le portage entre les grands-lacs et le Mississippi. Grâce aux informations reçues des Amérindiens occupant la région, c'est en remontant la rivière du même nom que les premiers explorateurs français on put rejoindre la rivière Illinois, qui se jette dans le Mississippi près de Saint-Louis. Le nom Chicago viendrait d'une déformation française d'un terme amérindien désignant une forme d'ail sauvage qui embaumait la rivière. Lasalle lui-même en serait l'auteur.

Ce portage est devenu canal et a permis à la ville de connaître ce qui serait le plus rapide développement urbain de l'histoire de l'humanité selon les guides touristiques de Chicago. Les premiers habitants non-autochtones s'y sont implantés au début du XIXe siècles, c'étaient des francophones. Le premier, un haïtien du nom de DuSable, et le second, un dénommé Beaubien marié à une Laframboise originaires de Détroit, ville francophone à l’époque! 



On y retrouve encore aujourd'hui plusieurs rues et emplacements français qui viennent donner un petit déjà-vu à cette ville ou gratter le ciel est un art. Un réseau cyclable permet d'explorer la ville et d'admirer cet ensemble harmonieux d'édifices de différentes époques. La "Architectural Society of Chicago" un organisme à but non-lucratif, offre plusieurs circuits pour connaître ce patrimoine exceptionnel.

Autre joyau : le bord du lac Michigan. Véritable mer intérieure, on ne voit pas l'autre rive, elle est bordée de plages sablonneuses et de pistes cyclables. L'eau est fraîche et cristalline, grâce au fait que les égouts de la ville se jettent dans la rivière Chicago dont on a inversé les cours afin que le tout se dirigent vers le Mississippi plutôt que le Saint-Laurent.

La ville est aérée, la ville des vents ! et bien que plus de xx millions de personnes y vivent, il est agréable d'y circuler afin de découvrir les quartiers à la mode où l'esprit créatif et avant-gardiste des résidents ont donnés naissance à des cafés, bars, restaurants et boutiques où il fait bon traîner. Le soir, une variété de spectacles sont offerts dans cette ville au patrimoine musical légendaire. Malgré le fait que le taux de criminalité demeure impressionnant, notamment en ce qui concerne les homicides, on s'y sent en sécurité, à condition d'éviter les quartiers chauds.
 


Les amateurs d'art seront aussi comblés par le Chicago Art Institute qui possède une collection incroyable de tableaux des peintres qui ont marqué l'histoire de la peinture moderne :  Van Gogh, Monet, Renoir, Picasso, Warhol y sont tous présent avec des œuvres significatives. Vraiment impressionnant !

Pendant mon court séjour, je préparais mon expédition afin de rejoindre Saint-Louis en vélo. Si la ville possède un important réseau cyclable, la sortie vers le sud-ouest, afin de rejoindre la rivière Illinois n'est pas évidente. On m'a suggéré de suivre la route 66, le départ d'un parcours légendaire qui va de Chicago à Los Angles, que certains font en vélo ( avec de vents dominants de face!). Mais comme d'une part, je dispose de peu de temps et que, d'autre part, cette route est très achalandée et peu recommandable pour les cyclistes, j'opte pour un départ en train de banlieue qui m'amènera à Joliett à partir de la gare LaSalle (on n'est pas trop dépaysé !)

À partir de Joliett, je peux suivre le parcours de nos ancêtres. Ceux-ci avaient penser que construire un canal serait une bonne idée afin de joindre les grands-lacs aux Mississippi. Les américains l'ont réalisé en 18xx, ce qui a permis à Chicago de connaître gloire et fortune. Ce canal original a été délaissé au profit d'un autre, mais on y a emménagé une piste cyclable sur le chemin des mules qui tiraient les barges jadis. Elle est en gravier ferme et le tout fait partie d'un parc d'état qui s'étend sur xx kilomètres. J'y commence mon parcours un vendredi et la piste et calme, très calme. La piste longe le canal mais la rivière n'est jamais très loin. Le terrain est plat et marécageux. Je peux imaginer nos ancêtres y pagayant et portageant dans une chaleur humide dans un nuage de moustiques inhospitaliers. On peut y camper, mais je trouve le tout pas évident.

On y croise quelques agglomérations en déclin où il fait bon de contempler les petits centre-ville en déperdition et dont l'architecture du début de l'ère industrielle nous rappelle une infinité de films et de photos. Une triste beauté. Mais les américains sont tenaces et le Midwest est encore bien vivant loin des tumultes mondiaux qui ont emmené sa déperdition. 


Je dois sortir de la piste afin de nourrir et abreuver la bête qui propulse le vélo. À Morris, un bruit de fanfare se fait entendre au loin, et en arrivant au centre, je peux voir l'ensemble scolaire qui anime le centre-ville qui autrement serait bien calme, pour ne pas dire mort. On y offre des hot-dogs afin de financer le tout. Pas idéal, mais je succombe afin de contribuer à cette source de vie.

Je roule ainsi jusqu'à Ottawa, le chef-lieu du coin qui semble plus vivant. On y trouve de l'hébergement et une brasserie artisanale où les plus gros appétits trouveront à se sustenter sans problème. Aux USA, les portions gargantuesques ont raison du plus grand appétit, un bonheur pour le cycliste, une tragédie pour ce pays ! Un band vient terminer la soirée. Si l'embonpoint marque ce pays, sa vivacité et sa créativité musicale exceptionnelles ont transformé le monde. Rien de moins. Cette tradition de musiciens amateurs est encore bien vivante et fait en sorte que l'on retrouve encore un peu partout de petites  boutiques d'instruments de musique. Les talents locaux recherchent désespérément des lieux pour se faire voir et entendre... À notre plus grand plaisir !

Le lendemain, je dois choisir entre deux voies. La première et de suivre le parcours de nos ancêtres, mais la piste cyclable s'arrête et la route touristique qui la remplace est, semble-t-il, peu recommandable pour les cyclistes. Une autre piste cyclable longe un autre canal et serait même en meilleur état que celle que j'ai emprunté. Elle permet de rejoindre le Mississippi mais par le nord. Comme je suis limité par le temps et que je me dirige vers le sud, je choisi de me rendre jusqu'à Kewanee, où Amtrak peut me prendre et me déposer avec mon vélo à Quincy sur les rives du Mississippi. Je choisi cette voie. Les routes pour se rendre à la gare sont un grand plaisir pour le cycliste, peu de circulation et de jolis vallons qui ondoient les immenses cultures de soya et de maïs qui ont fait la richesse de la région. Des éoliennes et les silos ajoutent une touche verticale. Le tout est quadrillé de routes désertes et au loin le train se fait entendre. Un pickup passe à l'occasion. On est en plein cinéma !

Le cocktail de transport avion, vélo, train est devenu pour moi un moyen agréable de visiter le monde en vélo sans avoir à réaliser des exploits d'endurance. Il permet de faire des sauts de puce quand le parcours est trop long, trop monotone, trop difficile ou encore l'orque le mauvais temps s'y met. Dans ce cas-ci il me permettra de rejoindre un circuit cycliste qui me titille depuis longtemps : la MRT, Mississippi River Trail, qui part de la source au Minnesota jusqu'à la Nouvelle-Orléans.

La petite ville de Quincy, le centre urbain de la région s'annonçait comme une pause urbaine dans un environnement rural. On est loin de tout : on n'y trouve pas d'expresso au café du coin ("we don't serve that kind of things"). La table est mise : on est loin en ta. Aucun warmshowers d'ici st. Louis. Par contre si on ne retrouve absolument aucune indication concernant la MRT, ils ont mis en ligne toutes les informations sur la route à suivre et les services offerts. Pas un luxe.

Je craignais le trafic. Peut-être parce qu'on est dimanche, c'est léger et les gens respectueux comme d'habitude. On peut voir le Mississippi au départ, un pont traverse vers le Missouri. Mais peu à peu la circulation se dissipe et je me retrouve sur une route pratiquement déserte. La chaleur s'y met et je dois profiter des points de ravitaillement qui se présentent. Malheureusement, la route s'éloigne du Mississippi. On s'en met plein la face du paysage rural du Midwest cette immensité qui nourrit le monde et pourrait sûrement accueillir une portion significative de l'humanité si on décidait de s'y mettre à l'agriculture intensive au lieu de ces champs sans fin récoltés par des machines énormes dont on est en train de planifier l'automatisation. Cette monotonie ouvre grand le champ à la réflexion et l'introversion...

Le ravitaillement se fait rare. Dans un petit hameau seule une distributrice Pepsi offre à boire. J'en bois un aux six mois, ce sera aujourd’hui ! Il y a aussi de l'eau froide. Le coin est mort et je me repose à l'ombre. Un véhicule s'arrête. Un jeune enfant obèse en descend pour acheter lui aussi un Pepsi. Son grand-père probablement lui offre cette attention empoisonnée.

Puis au milieu de nulle part, un petit restaurant apparaît comme dans un film. Je ne réfléchis pas et j'y rentre pour m'y rafraîchir. Il est 17heures et la place est de façon surprenante plutôt achalandée. Je ne passe pas inaperçu, mais tous semblent bien discret. Si l'endroit n'est pas un haut lieu de gastronomie, on y mange et boit pour pas grand choses. Un gilled-cheeze, une salade, du thé glacé à volonté, le tout pour 4,50$! La veille, j'ai mangé un spaghetti sauce à la viande correct avec une salade pour 7.$ on est content.

Le canal du midi et le canal de la Gironde.

Il est possible de naviguer de l'Atlantique à la Méditerranée en bateau. On y a ajouté un circuit cyclable. La première section qui va de Bordeaux à la mi-chemin entre Toulouse et Carcassonne est pavée. Le seconde, est en terre et un vélo tout-terrain est fortement conseillé. Nous avons fait la première et sauté dans le train pour arriver à Sète.
Le parcours est très agréable et bucolique. On circule pour l'essentiel dans la nature et il y a peu de monde. Nous avons eu de forts vents de face, genre rafales à 80km, et la progression a été ardue. Toulouse est une étape intéressante. La ville Nouga-rose est très agréable et vivante. Par contre, pour quelqu'un qui a peu de temps à rouler, le circuit offre un paysage qui peut devenir monotone, car le parcours est assez long, surtout pour des gens qui roulent lentement, ce qui évidemment n'était pas notre cas !

La Provence au pied du Mont-Ventoux

La Provence est une destination mythique pour les cyclistes pour ses paysages, son climat, son histoire, sa culture; le pays de Pagnol fait rêver à juste titre. Mais la Provence n'est pas si douce que l'on imagine. En fait le climat y est plutôt rugueux. Torride en été, le Mistral balaie souvent la région dans les autres saisons. Nous y avons goûté pendant l'essentiel de notre séjour, en fait trois jours sur cinq avec des rafales atteignant les 100km/h. On a néanmoins profité de ces paysages bucoliques, ces petits villages avec leurs places accueillantes où l'on y mange toujours bien. L'accent chantant où le nôtre est toujours bien accueilli. Par contre, un aspect moins connu chez nous et beaucoup moins romantique est le fait que la région est devenue un château-fort du Front National. Un bon endroit pour connaître la chose, mais ça donne froid dans le dos. Notre logeuse à Jonquieres en était un bel échantillon. En passant, pour loger, choisissez un autre village, ce n'est pas intéressant comme endroit malgré le nom plutôt sympathique du bled.


Par contre, Bédoin est un village agréable et est devenu un point de rendez-nous pour les cyclistes qui veulent s'attaquer au monstre qui domine le coin: le Mont Ventoux. Comme plusieurs, nous n'avons pas résisté et avons réussi cette épreuve qui marquait en quelque sorte la fin de notre période printanière de mise en jambe. 21 km, 1700 mètres de montée à une moyenne de 7,5% et ce sans répit. La satisfaction d'arriver au sommet est réelle mais a été de courte durée: il y a une différence de 10 degré entre la base et le sommet dont nous n'avions pas tenu compte dans notre choix vestimentaire. Par contre, notre situation était meilleure que celle des coureurs du Tour de France qui attaquent la bête en plein cagnard (canicule). Il y en a qui en sont mort. Faut dire qu'ils ne roulaient pas à l'Évian...
Bordeaux et la région

Quand la ville de Bordeaux a décidé de se doter d'un reseau de tramway moderne, on a en profité pour revoir tout l'aménagement de la circution et on s'est doté d'un reseau de pistes cyclables et d'un service de vélos urbains. Le voyageur peut aujourd'hui en profiter. Faut dire que le relief de la région s'y prête bien: c'est aussi plat que les Pays-Plats, euh...Bas!

J'ai bien profité de ces installations et du service de vélo partage offert à prix très bas: environ 1€50 par jour. Un petit circuit que j'ai fait à plusieurs reprises (avec mon vélo de route), c'était de partir de Bègles, passer sur la rive nord par le pont François Mitterrand, longer le fleuve et revenir par le pont Chamban Delmas, les quais et le vieux centre. On a une bonne idée de l'essentiel de Bordeaux, ville dont le vieux centre est bien conservé et convivial. La promenade sur les quais a inspiré la Promenade Champlain à Québec, les deux villes étant jumelées.

Quand on pense Bordeaux, on pense vin, même si le nom de la ville vient de Bord d’eaux ! Faire du vélo ouvre la soif, car la sollicitation à faire des visites et des dégustations est omniprésente. Pour s'entraîner les cyclo sportifs vont mouliner sur la piste Labebie, une ancienne voie ferrée en foret qui offre l'avantage d'être pavée et d'offrir un dénivelé.

Il y a plusieurs circuits intéressants offerts dans la région, entre autre celui qui longe la côte atlantique de Royan à la frontière espagnole et le tour du Bassin d'Arcachon.

Liens (à venir):
Plan cyclable de Bordeaux
Plan des réseaux de la Gironde

Vélo route qui longe l'Atlantique